La conduite sous médicaments ou en cas de maladie. Ce qu’il faut savoir !

Depuis le premier octobre 1998, vous ne pouvez plus conduire si vous souffrez de certaines affections physiques ou mentales. Il est ici question de troubles neurologiques, d'affections cardiovasculaires, de diabète, de maladies cardiaques, etc. ainsi que de maladies mentales.

Si vous souhaitez conclure une assurance auto, votre assureur s'informera de votre état de santé. Il doit savoir si vous pouvez conduire en toute sécurité, dans une voiture adaptée ou non. Mais savez-vous qu'après une opération ou la prise de certains médicaments, vous devez également parfois laisser provisoirement la voiture au garage ? Et que passer outre l'avis de votre médecin peut engendrer de graves conséquences financières ?

Dois-je déclarer certaines maladies à mon assureur auto ?

Lors de l'établissement de votre proposition d'assurance, donc avant même la signature du contrat, votre assureur vous demandera si vous souffrez d'une maladie ou d'un handicap. Selon votre réponse, vous devrez éventuellement remplir un questionnaire médical. Votre assureur peut aussi demander à votre médecin de confirmer que vous pouvez encore conduire. Sur base de ces informations, l'assureur décidera s'il peut vous assurer et à quel tarif.

Les affections médicales telles que les maladies musculaires, l'épilepsie, le diabète, les problèmes cardiaques, etc. ont un impact sur votre aptitude à la conduite. De même, après une opération ou si vous prenez certains médicaments, vous ne pourrez généralement pas prendre le volant (provisoirement ou non). Si vous le faites quand même, passant outre l'avis du médecin, votre assureur pourra, en cas d'accident, vous réclamer le remboursement intégral des indemnités versées.

Si vous disposez déjà d'une assurance auto et que vous contractez une maladie qui influence votre aptitude à la conduite, contactez votre assureur immédiatement après le diagnostic.

Dois-je signaler à mon assureur auto que je prends des médicaments ?

Si vous prenez des médicaments qui altèrent votre perception, votre humeur, votre capacité de concentration, votre psychomotricité ou votre capacité de jugement, votre médecin vous conseillera de laisser la voiture provisoirement au garage et de rendre votre permis de conduire. Dans ce cas, contactez immédiatement votre assureur. Lorsque vous serez guéri et arrêterez de prendre les médicaments, votre permis de conduire vous sera restitué, après le feu vert de votre médecin.

Les médicaments sont classés en trois catégories selon l'influence qu'ils exercent sur l'aptitude à la conduite :

  • catégorie 1 : vraisemblablement aucune influence négative sur l'aptitude à la conduite ;
  • catégorie 2 : influence légère ou modérée sur l'aptitude à la conduite. Il vous est conseillé de ne pas conduire pendant les premiers jours du traitement ;
  • catégorie 3 : influence néfaste sur l'aptitude à la conduite. Votre médecin vous conseille de ne plus conduire.

Si votre médecin vous prescrit des médicaments, lisez attentivement la notice. Les médicaments peuvent amoindrir votre réactivité sans que vous ne vous en rendiez compte. En cas de doute, contactez votre médecin ou votre pharmacien.

Quelles sont les conséquences si je ne signale pas ma maladie ou les médicaments que je prends à mon assureur auto ?

Vous taisez délibérément un problème médical parce que vous voulez continuer à conduire et provoquez un accident imputable à votre maladie ou à la prise de certains médicaments ? Dans ce cas, votre assureur auto dispose d'un droit de recours complet. Il commencera par indemniser la victime mais vous réclamera ensuite le remboursement intégral des sommes versées si vous avez caché sciemment votre maladie ou les médicaments que vous prenez. 

Que se passe-t-il si mon médecin me déclare inapte à la conduite ?

Dès que votre médecin vous indique que vous n'êtes plus apte à la conduite (temporairement ou non), vous avez 4 jours pour rendre votre permis de conduire. Votre médecin peut éventuellement vous adresser au CARA (Centre d'Aptitude à la Conduite et d'Adaptation des Véhicules de l'IBSR, l'Institut Belge pour la Sécurité Routière) afin de faire tester votre aptitude à la conduite.

Le CARA vous fera passer des tests pratiques et examinera si vous êtes médicalement capable de conduire un véhicule. Le CARA n'examine pas seulement les personnes présentant un handicap physique. Vous y serez également  bienvenu si vous souffrez de troubles de la concentration ou du comportement. Le CARA peut, par exemple, conclure à la possibilité d'adapter votre voiture à votre handicap. Si le CARA juge que vous disposez des capacités requises pour conduire, vous recevrez une attestation d'aptitude à la conduite. Un permis de conduire provisoire vous sera alors délivré ou bien vous pourrez demander une licence d'apprentissage ou encore vous récupérerez votre permis de conduire.

Conclusion : si vous souffrez d’un problème médical, signalez-le à votre assurance auto. Dans le cas contraire, un accident pourrait vous coûter très cher.

 

Saviez-vous que chez P&V Assurances, vous pouvez faire appel à un conseiller personnel pour toutes vos questions en matière d'assurance ?

Trouvez un conseiller près de chez vous

RC Auto chez P&V :

  • 5 % de réduction si moins de 10 000 km par an
  • Garantie BOB incluse
  • Assistance immédiate après un accident, 24 h/24, 7 j/7
Calculez votre prime

Assurer son auto