À moto en automne : anticipez pour apprécier

Publié dans: Véhicule Moto

Image of the blog article

Les températures baissent, la luminosité aussi. La route commence à devenir glissante : feuilles mortes, pluie, parfois même de la grêle… il faut commencer à s’équiper pour résister au froid et à l’humidité.

Un petit rappel des risques de la route propres à l’automne.

Prudence, ça glisse !

Le risque principal en automne : la route glisse avec les feuilles mortes, la pluie, la boue…

En cas de dérapage, évitez autant que possible de bloquer la roue avant par un freinage d’urgence, c’est la chute assurée (et là on remercie l’inventeur de l’ABS moto) ! Si c’est la roue arrière qui bloque, relâchez le frein et essayez de conserver la trajectoire, vous allez reprendre le contrôle à un moment.

Sinon le meilleur moyen d’éviter le freinage brutal est bien sûr de réduire votre vitesse avant chaque virage ! C’est simple et ça ne coûte rien mais après, c’est trop tard pour découvrir la flaque, la plaque de boue ou de feuilles mortes agglutinées dans le virage…

Outre les virages, prenez garde aussi à conserver une distance de sécurité suffisante pour pouvoir anticiper au freinage si nécessaire… ça ne glisse pas que dans les virages.

Voir et être vu : les tuyaux pour les motards

La lumière d’automne est magnifique… mais traître ! Tôt le matin et en fin de journée, elle est forte et rasante et peut facilement vous éblouir ainsi que les autres usagers, et ceci sans prévenir. Pensez à vos lunettes de soleil ou une visière fumée si vous prévoyez d’être sur la route à ces heures aveuglantes (sinon évitez-les si possible).

Aussi, le soleil se lève plus tard et tombe plus tôt. Dans l’obscurité, vous voyez moins bien les obstacles et devenez vite invisible dans le trafic : vérifiez vos éclairages et privilégiez les couleurs vives ! Casque, veste et gilet fluos ou au moins parés de couleurs vives sont vos meilleurs alliés.

Quel est l’équipement moto indispensable en automne ?

Equipez-vous en fonction de la météo (mais bon, en Belgique il faut tout prévoir) : veste, pantalon et gants imperméables et rembourrés pour le froid et la pluie, pinlock pour la visière (antibuée), protection du cou (plutôt un tour de cou, les écharpes s’envolent facilement) et réglage des entrées d’air du casque, aussi pour éviter la buée. Comme mentionné plus haut : couleurs vives pour être vus !

À moto en ville : quels sont les dangers ?

Quelques pièges que l’on découvre soi-même (et trop tard) si on ne bénéficie pas des conseils d’un vétéran : 

  • les flaques : ça mouille les freins (qui freinent moins bien du coup), ça peut glisser ou cacher un trou ou une ornière et c’est aussi très désagréable de se faire arroser en roulant exposé au vent qui est déjà froid.
  • les plaques d’égout, rails de tram et tout ce qui est en métal : on sait déjà instinctivement que ça glisse mais c’est vraiment quand on roule dessus qu’on réalise à quel point c’est traître même par temps sec !
  • les lignes blanches et les réparations du bitume : ces parties plus sombres sur la route. Dès que c’est mouillé, ça glisse terriblement aussi !

Que faire si vous tombez en panne à moto ?

Parfois, même en prenant un maximum de précautions, ce n’est pas suffisant pour prévenir un accident. Pour aider les motards à mieux anticiper les ennuis et rassurer leurs proches, P&V s’est associé avec Liberty Rider, une app conçue par et pour les motards, dont le but est de sauver des vies. Cliquez ici pour en savoir plus et télécharger l’app sur votre smartphone.

La route en automne nous permet d’admirer des couleurs magnifiques et de profiter des plaisirs de la moto avant de la ranger pour l’hiver, pour peu qu’on soit équipé pour affronter les éléments. Gardez à l’esprit que les obstacles naturels ou urbains sont nombreux. Si on ne peut pas contrôler entièrement sa trajectoire, on peut par contre contrôler sa vitesse…

Veillez à rouler bien assuré. Bonne route et prudence !

 

 

Ce document est un document publicitaire qui contient de l’information générale sur l’assurance P&V Moto, développée par P&V, une marque de P&V Assurances, et qui est soumise au droit belge. Cette assurance fait l’objet d’exclusions, de limitations et de conditions applicables au risque assuré. Nous vous invitons donc à lire attentivement les conditions générales du produit et les fiches IPID applicables à ce produit avant d’y souscrire. Elles sont à votre disposition via le site internet www.pv.be ou sur simple demande chez un conseiller P&V. Le contrat d’assurance est conclu pour une durée d’un an avec reconduction tacite.

En cas de plainte éventuelle, vous pouvez contacter un conseiller P&V, votre interlocuteur privilégié pour toutes vos questions. Il/Elle fera tout son possible pour vous aider au mieux. Vous pouvez aussi prendre directement contact avec le service Gestion des Plaintes de P&V qui examinera votre plainte ou remarque avec la plus grande attention. Ils concilieront au mieux les différentes parties et essayeront de trouver une solution. Vous pouvez les contacter par lettre (Gestion des Plaintes, Rue Royale 151, 1210 Bruxelles), par e–mail (plainte@pv.be) ou par téléphone 02/250.90.60. Si la solution proposée ne vous convient pas, vous pouvez vous adresser au service Ombudsman des Assurances (Square de Meeûs 35 à 1000 Bruxelles) par téléphone (02/547.58.71) ou par e–mail (info@ombudsman-insurance.be) (https://www.ombudsman-insurance.be).

En tant que client, vous êtes protégé par les règles de conduite en matière d’assurance. Pour obtenir des conseils personnalisés ou une offre d’assurance, contactez un de nos conseillers. Vous pouvez également consulter l’ensemble des informations légales.

Prix de la Citoyenneté 2022 pour Dorottya Rédai

Publié dans: Solidarité A propos de P&V

Image of the blog article

Dans la soirée du mercredi 16 novembre, la Fondation P&V a décerné le Prix de la Citoyenneté pour la 18e année consécutive. Ce prix est attribué à des personnes qui s’investissent de manière exemplaire pour une société plus ouverte, démocratique et tolérante.

La lauréate du Prix de la Citoyenneté 2022 est la Hongroise Dorottya Rédai. Elle reçoit le prix pour son travail de recherche scientifique et son activisme LGBTQI+. Dorottya a reçu une gravure de l'artiste Philippe Aguirre y Otegui et peut également compter sur le soutien financier de notre Fondation pour son travail auprès des enfants et des jeunes.

Livre de contes

Dorottya Rédai est universitaire dans la recherche sur le genre, l’éducation et les inégalités sociales. Elle est également l’une des forces motrices de Labrisz, une organisation qui défend les droits des lesbiennes.

Au sein de Labrisz, elle était la coordinatrice du projet de livre « Meseország mindenkié » (traduit en français : « Brune-Feuille, le prince se marie et autres contes inclusifs  »). Ce livre d’histoires donne vie aux personnages LGBTQI+ et autres dans de nouvelles interprétations des contes de fées traditionnels. Par exemple, ce recueil de contes met en scène, une Cendrillon rom, une Belle au bois dormant métisse, une Reine des neiges lesbienne et des cerfs non genrés…

Le livre vise à aborder le large spectre de choix et d’expériences de genre pour les jeunes enfants. Le livre est un plaidoyer contre l’exclusion et un encouragement pour que chacun soit qui il est.

« Avec Labrisz, nous avons déjà donné des cours et des ateliers dans l’enseignement secondaire, mais nous avons remarqué que nous n’avions pas de méthodologie pour les entretiens dans les écoles primaires. Nous avons alors cherché un moyen de montrer aux enfants qu’il existe également quelque chose d’autre que l’hétérosexualité. Nous avons alors pensé aux contes comme le moyen idéal de parler de diversité », explique Dorottya Rédai.

Sensibilisation des enfants et des jeunes

Le livre de contes a suscité beaucoup de controverse en Hongrie. Peu après la publication, le Premier ministre Victor Orban a annoncé une loi interdisant la « promotion de l’homosexualité auprès des mineurs ». Depuis lors, il est également interdit de parler d’homosexualité ou de changement de sexe dans les écoles hongroises, ce qui complique fortement le travail de Labrisz.

Néanmoins, le livre a réalisé des chiffres de vente élevés tant en Hongrie qu’en dehors. Il a depuis été traduit en 10 langues dont le français et le néerlandais.

Olivier Servais, co-président de la Fondation P&V, explique le choix du jury pour la lauréate : « Dorottya Rédai joue un rôle clé dans la lutte pour les droits LGBTQI+ et l’égalité sociale. Par son travail, elle soutient de nombreuses personnes qui se battent souvent seules dans leur pays pour sauvegarder les droits et libertés fondamentaux et s’efforce de promouvoir une attitude plus ouverte qui embrasse la diversité. Elle est engagée sur une thématique importante avec une haute prise de risque en regard du contexte politique hongrois. Son Prix de la Citoyenneté est une occasion unique de montrer notre solidarité et d’expliquer cette lutte de l’intérieur vers l’extérieur. Elle œuvre également à la sensibilisation des enfants et des jeunes à ces questions, ce que nous considérons comme très important à la Fondation P&V ».

 

En savoir plus sur le prix de la Citoyenneté et la Fondation P&V

Vous souhaitez en savoir plus sur les initiatives sociales et les autres projets de la Fondation P&V ? Consultez le site Internet ou la page Facebook de notre Fondation et restez au courant.

Vous trouverez ici le communiqué de presse sur le Prix de la Citoyenneté 2022.

Garantie locative à récupérer ? Voici nos 5 conseils

Publié dans: Habitation

Image of the blog article

Garantie locative : comme locataire, comment la récupérer ?

Vous résiliez votre bail ou il arrive à échéance, et vous aimeriez récupérer votre garantie locative. Mais comment ? Un propriétaire peut-il refuser de vous reverser cette caution ? Qui peut vous aider dans ce cas ?

1. Quelles démarches pour récupérer sa garantie locative ?

Lorsque votre bail arrive à échéance ou que vous le résiliez, vous récupérez votre garantie locative. Il s’agit de l’équivalent de deux mois de loyer versés sur un compte bloqué à votre nom, ou constitués sous forme de garantie bancaire.

En premier, fixez un rendez-vous avec le propriétaire, pour établir l’état des lieux. Cette description détaillée du bien loué au moment de la sortie est comparée à celle qui a été faite lors de l’entrée dans les lieux, ce qui permet de vérifier si des dommages ont été causés pendant la durée du bail.

2. Différence entre dégât locatif et usure normale du bien ?

En cas de dommage, il faut définir qui en est responsable, ceci afin que le propriétaire puisse, le cas échéant, utiliser tout ou partie de la garantie pour procéder aux réparations.

Les dégâts locatifs sont ceux que le locataire ou ses proches (enfants, invités…) causent au bien. S’ils découlent d’une faute ou d’une négligence, le locataire est tenu de les réparer.

En revanche, si les dommages sont causés par l’usure normale, la vétusté du bien ou par un cas de force majeure (comme une catastrophe naturelle), c’est au bailleur de supporter les réparations. Il y a donc une différence entre le parquet souillé par une tache de vin, à charge du locataire, et un papier peint défraîchi, à charge du propriétaire.

3. Que faire si le propriétaire refuse de libérer la garantie locative ?

Si le bien est restitué en bon état, la garantie locative doit légalement être restituée au locataire dans un délai de 2 mois à dater de la fin du bail. Pour cela, la banque a besoin que les deux parties signent un formulaire. Si le propriétaire tarde, relancez-le par un recommandé avec accusé de réception.

Vous estimez rendre le bien tel qu’il était à l’entrée dans les lieux, mais le propriétaire refuse de vous restituer tout ou une partie de la garantie ? Adressez-vous au greffe de la justice de paix du lieu où se trouve le bien, pour entamer une procédure en conciliation ou une procédure judiciaire. Ou contactez votre assureur protection juridique.

Lisez également : Comment intervient la protection juridique ?

4. Quid des intérêts de la garantie locative ?

Les intérêts constitués sur le compte sont réservés au locataire. Si la caution n’a pas été placée sur un compte, le locataire a le droit d’exiger d’intérêt sur son montant.

5. Garantie locative : 5 astuces pratiques

  1. Placer le montant de la garantie sur un compte bancaire plutôt que de la verser en liquide.
  2. Compléter l'état des lieux par des photos.
  3. Faire réaliser l’état des lieux par un expert (géomètre, expert immobilier ou architecte) plutôt qu’entre locataire et propriétaire.
  4. A la fin du bail, avant l’état des lieux, repérer les éventuels dégâts et les réparer soi-même. Cela évite de devoir utiliser une partie de la garantie pour des réparations faites par un professionnel.
  5. Faire l’état des lieux le jour de la remise des clés, quand le logement est vide et bien nettoyé pour montrer qu’il a été bien entretenu.

En savoir plus sur la garantie protection juridique ? 

Votre propriétaire refuse de vous rembourser la garantie locative, alors que vous avez parfaitement entretenu l'habitation ? Vous êtes en litige avec le propriétaire et n'en sortez plus ? Votre assureur protection juridique fera tout son possible pour faire valoir vos droits. Si nécessaire jusque devant les tribunaux. En savoir plus ? Votre conseiller P&V répondra à toutes vos questions.

 

Lisez également :

Contactez votre conseiller P&V

Vous n'êtes pas encore client ? Trouvez un conseiller P&V près de chez vous.

Votre assurance de groupe pour réduire vos factures d’énergie ?

Publié dans: Assurance de groupe Habitation

Image of the blog article

Vous envisagez de combiner panneaux solaires et batterie domestique ou pompe à chaleur ? Vous pouvez en principe financer une partie de cet investissement grâce à votre plan de pension complémentaire auprès de votre employeur. Comment ? P&V vous l’explique.

Comment réduire facilement et à moindre coût vos factures d’énergie ?

Les médias ne parlent pratiquement plus que de crise énergétique. Les multiples efforts des autorités ne suffiront pas, et chacun doit réagir à titre personnel pour limiter ses dépenses en électricité et chauffage. Plus loin dans cet article, nous abordons la possibilité de vous servir de votre assurance de groupe pour apporter des améliorations structurelles (et généralement coûteuses) qui rendront votre habitation plus économe en énergie.

Mais commençons par cinq gestes simples et peu chers pour consommer moins d’électricité, de gaz ou de mazout :

  • Comblez les fentes et fissures dans votre maison. Les portes et fenêtres, les trappes, la boîte aux lettres dans la porte d’entrée, les câbles dans le compteur électrique ou les plaques de gyproc dans la salle de bains, sont des éléments qui permettent à l’air froid de pénétrer dans nos maisons. Pour réduire vos frais de chauffage, vérifiez (de préférence par une journée froide) si vous ressentez un courant d’air à certains endroits de votre maison. Vous pouvez colmater vous-même les joints et fissures détectés avec des bourrelets de porte, du mastic rétractable ou de la mousse polyuréthane.

Pensez à demander conseil dans votre magasin de bricolage. Malgré tout, pensez à aérer régulièrement vos pièces en hiver également.

  • Évitez la consommation en veille. Certains appareils continuent à consommer de l’électricité en mode veille. Une télévision en veille peut ainsi consommer jusqu’à 35 euros d’électricité par an.

Songez à débrancher ou à éteindre complètement les appareils que vous n’utilisez pas. Vous pouvez aussi utiliser un bloc multiprise permettant de désactiver plusieurs appareils en même temps. N’oubliez pas non plus les chargeurs qui restent dans la prise électrique même inutilisés.

  • Optez pour des lampes LED. L’éclairage de la plupart des habitations est un poste important de la consommation d’électricité. En remplaçant les ampoules à incandescence, les halogènes et même les néons par des modèles LED économiques, vous économiserez plusieurs dizaines d’euros chaque année.

Pensez-y : même si vous avez déjà des ampoules LED, éteignez-les lorsque vous quittez une pièce et demandez aux autres membres de la famille de faire de même.

  • Utilisez une corde à linge ou un étendoir. Savez-vous que le sèche-linge est l’un des appareils les plus gourmands en énergie ? Alors faites sécher votre linge sur une corde à linge ou un étendoir. Cette solution plus économique et écologique prolongera également la durée de vie de vos vêtements !

Conseil : Vous cherchez un sèche-linge peu énergivore ? Vous aimeriez connaître la consommation et les émissions de CO2 de votre sèche-linge ? Faites le test sur le site web d’energywatchers.

  • Diminuez votre thermostat d’un degré (ou deux). Pour un ménage moyen, le chauffage représente environ 60% de la consommation d’énergie. Vous pouvez dès lors envisager de baisser un peu votre thermostat, car chaque degré correspond à 7% de dépenses en moins.

Pensez-y : vous pouvez économiser davantage en éteignant les radiateurs dans les chambres et les pièces inoccupées. 

Ces cinq gestes sont simples et efficaces, mais souvent insuffisants. Pour agir de façon structurelle sur votre facture d’énergie, il sera peut-être nécessaire d’investir dans une isolation plus performante, des panneaux solaires, une batterie domestique, une pompe à chaleur ou d’autres technologies.

À terme, ces améliorations seront amorties, mais vous devez bien entendu débourser les fonds nécessaires au départ. Un emprunt (sans intérêt) peut vous soulager, mais vous devrez malgré tout le rembourser par mensualités.

Avez-vous la possibilité de prélever une avance sur votre assurance de groupe pour rendre votre maison moins énergivore ?

Près de quatre millions de Belges bénéficient d’un plan de pension complémentaire à l’initiative de leur employeur, via une assurance de groupe. Le but principal d’une telle assurance c’est d’épargner pendant votre carrière pour un capital ou une rente complémentaire qui vous sera versé(e) au moment de votre pension.

Mais vous pouvez aussi, de manière anticipée, prélever (une partie de) la réserve constituée, moyennant le respect de certaines conditions dont la suivante : l’argent doit servir à acquérir, construire ou améliorer un bien immobilier. Comme les mesures d’économies d’énergie sont précisément considérées comme une amélioration de votre habitation, vous pouvez donc demander une avance sur votre assurance de groupe en vue d’y installer des panneaux solaires ou de l’isoler, par exemple.

Une avance sur votre assurance de groupe : quel montant pouvez-vous prélever et comment ? 

Vous bénéficiez d’une assurance de groupe et vous envisagez de l’utiliser pour financer des travaux destinés à rendre votre maison moins énergivore ? Vous trouverez sur le site web mypension.be le montant actuel de la réserve constituée dans le cadre de votre plan de pension complémentaire. Si c’est prévu dans le règlement, vous pouvez prélever une partie de cette réserve. Dans la plupart des plans de pension, ce montant varie entre 60 et 70%. Le rendement garanti est toujours octroyé sur  la partie prélevée, mais vous devez néanmoins payer des intérêts sur cette dernière.

Un exemple :

La réserve moyenne d’un plan de pension complémentaire s’élève actuellement à 24.106 euros (Source : www.pensionstat.be). Sur base de cette réserve, vous pouvez disposer d’un capital compris entre 14.400 et 16.800 euros pour réaliser vos travaux. Vous ne devrez pas rembourser cette avance, mais environ 25 euros seront retenus chaque mois sur votre salaire net en guise d’intérêts.

Intéressé(e) par une avance sur votre assurance de groupe ? Contactez le service du personnel de votre employeur pour savoir si vous pouvez prélever une avance, quel en est le montant et quelles sont les formalités.

Qu’adviendra-t-il de votre pension si vous prélevez une avance sur votre assurance de groupe ?

Au moment de votre (pré)pension, vous ne recevrez donc plus le montant de l’avance déjà prélevée. Vous pouvez éventuellement compenser cela en souscrivant personnellement une épargne-pension et/ou une épargne à long terme.

Prélever de l’argent sur votre assurance de groupe tout en entamant un plan d’épargne de votre propre initiative peut paraître quelque peu contradictoire. C’est pourtant une idée sensée, et pour trois raisons :

  1. Les primes que vous versez à titre personnel vous donnent droit à un avantage fiscal de 30%.
  2. Pour votre plan d’épargne personnel, c’est vous qui déterminez le montant de la prime à verser, ce qui n’est pas le cas pour une assurance de groupe.
  3. Si nécessaire, vous avez la possibilité de suspendre temporairement le paiement des primes.

Bon à savoir

Si vous bénéficiez d’une assurance de groupe auprès du Groupe P&V (de la marque Vivium) par l’intermédiaire de votre employeur, vous pouvez facilement consulter le montant de la réserve constituée sur notre site web monassurancegroupe. Vous pouvez vous connecter avec votre lecteur de carte eID ou avec Itsme.

Vous souhaitez obtenir plus d’informations concernant l’avance sur l’assurance de groupe ? Consultez la rubrique QFP de ce site web.

Épargne avec un avantage fiscal : mode d’emploi en 2022

Publié dans: Pension Épargner

Image of the blog article

L'année 2022 restera dans l'histoire comme celle où les coûts énergétiques ont atteint des sommets, avec comme conséquence une envolée générale des prix.

Fin septembre, on enregistrait une inflation de 11,27%.  Les taux d'intérêt sont susceptibles d’augmenter, mais cette hausse est surtout perceptible au niveau des prêts, qui deviennent plus chers.

En ce qui concerne les livrets d'épargne, à l'exception d'un acteur du marché, il y a hélas peu à dire. Il est donc indispensable de choisir une épargne qui soit optimale et assortie d'avantages fiscaux. Mais savez-vous quelle formule d'épargne offre le plus d'avantages fiscaux ?

Combien pouvez-vous épargner au maximum avec avantage fiscal en 2022 ?


« Si vous choisissez l’épargne-pension (ou si vous envisagez de le faire), vous avez le choix : vous épargnez cette année soit jusqu’à 990 euros, pour un avantage fiscal de 30% de la prime, soit jusqu’à 1.270 euros, pour un avantage fiscal de 25% de la prime.

Si vous ne payez que peu ou pas d’impôts, l’avantage fiscal calculé en appliquant ces pourcentages peut être inférieur, car il s’agit d’une réduction d’impôt.

Dans le cadre de l’épargne à long terme, votre avantage fiscal s’élève à 30% du montant versé, mais le montant maximal que vous pouvez épargner dépend de vos revenus professionnels, qu’ils proviennent du travail ou de votre pension. En règle générale, vous pouvez épargner jusqu’à 6% de vos revenus professionnels nets +176,40 euros. Cette année, il faudra veiller à ne pas dépasser le maximum absolu de 2.350 euros. Ce montant correspond à un revenu professionnel net de 36.300 euros.

our prétendre à un avantage fiscal, vous devez aussi tenir compte d’un éventuel crédit hypothécaire. Avez-vous un crédit pour votre propre habitation en Flandre ou en Wallonie (conclu avant 2016) ou à Bruxelles (conclu avant 2017) ? Ou avez-vous un tel crédit pour une résidence secondaire ? Dans ce cas, l’épargne à long terme n’offre très probablement aucun avantage supplémentaire », explique notre expert en assurance vie.

Conseil : Votre conseiller P&V connaît votre situation personnelle et dispose des compétences nécessaires pour vérifier les possibilités pour optimiser votre avantage fiscal.

Grâce à l’épargne-pension et à l’épargne à long terme, votre bénéfice fiscal peut atteindre jusqu’à 30.000 euros


L’avantage fiscal que vous procure un contrat d’épargne-pension ou d’épargne à long terme est soumis à une taxation au terme du contrat. P&V se charge de la prélever et de la verser au fisc, l’année de votre 60eanniversaire (ou du 10e anniversaire du contrat si vous le souscrivez après l’âge de 55 ans). Cette taxation, de 8% pour l’épargne-pension et de 10% pour l’épargne à long terme, est calculée sur la réserve de votre police. La participation bénéficiaire éventuellement octroyée en branche 21 est exonérée de cette taxation.

Outre cette taxation au terme, une taxe sur les primes de 2% est également due sur chaque prime versée dans le cadre de l’épargne à long terme. Cette taxe sur les primes ne s’applique pas à l’épargne-pension.

Votre avantage fiscal n’est-il dès lors pas réduit à néant par la taxation au terme ? Excellente question. Une petite vérification s’impose, voyez plutôt : dans les tableaux ci-dessous, nous comparons l’avantage fiscal à la taxe à payer. Nous partons d’une prime annuelle dans la formule branche 21 avec un rendement garanti de 2%, le coût d’entrée maximal et un impôt communal de 6%.

Vous épargnez chaque année 990 euros en épargne-pension jusqu’à 65 ans

Âge de départ

Avantage fiscal

Taxation au terme

Votre bénéfice fiscal

20 ans

14.167 euros

4.553 euros

9.614 euros

30 ans

11.019 euros

3.058 euros

7.961 euros

40 ans

7.871 euros

1.831 euros

6.040 euros

50 ans

4.722 euros

825 euros

3.897 euros

Vous épargnez chaque année 2.350 euros en épargne à long terme jusqu’à 67 ans

 

Âge de départ

Avantage fiscal

Taxe sur les primes

Taxation au terme

Votre bénéfice fiscal

20 ans

35.123 euros

2.166 euros

10.807 euros

26.482 euros

30 ans

27.650 euros

1.705 euros

7.258 euros

20.392 euros

40 ans

20.177 euros

1.244 euros

4.347 euros

15.830 euros

50 ans

12.704 euros

783 euros

1.959 euros

10.745 euros

« En commençant votre épargne jeune, si vous versez chaque année le montant maximum en épargne-pension ou en épargne à long terme, vous pouvez réaliser un bénéfice fiscal total de plus de 30.000 euros. Il va de soi que tout le monde n’est pas en mesure de le faire, surtout en ces temps incertains, mais même souscrites plus tard, l’épargne-pension et/ou l’épargne à long terme vous procurent un avantage appréciable. Il serait dommage de passer à côté ! » explique notre expert.

Pourquoi vaut-il mieux optimiser votre police avant votre 55e anniversaire


Tant l’épargne-pension que l’épargne à long terme doivent être conclues pour une durée d’au moins dix ans, et le terme doit être au moins votre 65e anniversaire. Votre 55e anniversaire est aussi un moment clé. Pourquoi ? La taxe sur votre contrat n’est pas retenue à votre 60e anniversaire, mais au 10e anniversaire du contrat si vous souscrivez ou si vous augmentez votre prime d’épargne après votre 55e anniversaire. En souscrivant ou en optimisant votre contrat avant l’âge de 55 ans, vous évitez donc la taxe pour les 5 dernières années. Cela peut représenter une différence importante.

Conseil : Souscrivez ou optimisez votre contrat d’épargne avant votre 55e anniversaire.

Commencez l’épargne à long terme avant votre 65e anniversaire et continuez à bénéficier de votre avantage fiscal après votre départ à la retraite


Selon notre expert en assurance vie, l’épargne à long terme peut également offrir des avantages après 65 ans : « Si vous percevez une pension de plus de 1.300 euros bruts, vous devrez encore payer des impôts après votre départ à la retraite. Dans ce cas, vous avez tout intérêt à souscrire une épargne à long terme qui continuera au-delà de votre 65e anniversaire. Votre contrat doit toutefois commencer avant votre 65eanniversaire et durer au moins dix ans. Après votre 65e anniversaire, il n’est plus possible de conclure un contrat ou d’augmenter votre prime. Vous pouvez toutefois diminuer le montant de votre prime à tout moment. »

Optimiser votre avantage fiscal ? Demandez conseil à votre conseiller P&V


Vous souhaitez réduire vos impôts ? C’est possible avec l’épargne à long terme ou l’épargne-pension de P&V. Votre conseiller P&V se fera un plaisir de vous aider à déterminer le montant que vous pouvez épargner et à choisir la formule qui vous convient le mieux en fonction de vos revenus et de votre situation financière actuelle.

Nouveaux articles